Hérault Tourisme

Dimanche 18 mai 2014. En ce dimanche ensoleillé, je vous propose une petite visite guidée de quelques-uns des plus beaux sites de l’Hérault. En route !

Hérault Tourisme profil Hérault TourismeUne fois n’est pas coutume, je démarre de mon domicile à Montpellier. Je m’extirpe de la ville via Juvignac et les hauteurs de Bel Air , flirtant avec la RN 109  puis l’autoroute A750 que je vais suivre aveuglément tel le fil d’Ariane. Je traverse ensuite le village de Saint-Paul-et-Valmalle avant de gravir la côte de la Taillade au sommet de laquelle on s’émerveille devant le panorama offert : les massifs de l’Escandorgue et de la Séranne, contreforts du tabulaire Larzac, se dressent au loin, alors qu’en contrebas la vallée de l’Hérault, le plus vaste domaine viticole du Languedoc, s’étend de tout son long. Je plonge vers celle-ci et entre dans Gignac d’où je peux aisément fixer mon premier objectif : le Mont Saint-Baudille et son imposante antenne TDF qui surplombe les alentours et plus encore (elle est visible de Montpellier !). Dès la sortie de la ville, un beau pont suspendu de 100 mètres de long construit en 1899 enjambe le fleuve Hérault et permet de rejoindre Lagamas. La route tend alors à s’élever et c’est par palier que je vais rallier Montpeyroux dominé par son Castellas médiéval et ses fortifications si caractéristiques, puis Arboras qui marque officiellement le pied du col du Vent.

Montpeyroux

Vignes, Mont Saint-Baudille et Castellas : Montpeyroux vous souhaite la bienvenue

col du ventL’ascension est longue d’un peu plus de 8 kilomètres et propose une pente modérée agrémentée de quelques passages plus intenses. On grimpe à découvert, bénéficiant ainsi de belles vues sur le rocher des Vierges et les vallons environnants. Le col, épargné du vent ce jour-là (elle est facile !), permet d’entrer sur la plateau du Larzac, l’effort peut toutefois être prolongé en prenant la direction du fameux Mont Saint-Baudille où le dernier kilomètre fera déchanter les adeptes des gros braquets. Là-haut, les mots n’ont pas leur place, la contemplation s’impose d’elle-même.

Mont Saint Baudille

Elle en impose l’antenne de près !

Panorama sur la Vallée de l'Hérault et bien au-delà

Panorama sur la Vallée de l’Hérault et bien au-delà

Au loin le Pic Saint Loup et l'Hortus

Au loin le Pic Saint Loup et l’Hortus

Demi-tour. Je reprends ma route sur le causse du Larzac gagnant la commune de Saint-Maurice-de-Navacelles via le hameau du Coulet au bénéfice d’une petite départementale bucolique. Lorsqu’on évoque Navacelles, on pense aussitôt à son Cirque, membre du Réseau des Grands Sites de France.

Le Cirque de Navacelles depuis La Baume Auriol

Le Cirque de Navacelles depuis La Baume Auriol

Au cœur de l’espace Causses et Cévennes classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le Cirque de Navacelles est un ancien méandre que la Vis a creusé dans le calcaire du causse. Aujourd’hui les flots de la rivière l’ont abandonné, nous offrant cette merveille de la nature dont la splendeur prend toute sa mesure depuis les belvédères de la Baume Auriol et de Blandas.

Les gorges de la Vis et le Cirque de Navacelles depuis le belvédère de Blandas

Les gorges de la Vis et le Cirque de Navacelles depuis le belvédère de Blandas

C’est beau mais en vélo c’est dur ! La plongée sur Navacelles au cœur du Cirque est en effet suivie d’une longue et éprouvante remontée sur le causse de Blandas. Je viens de quitter l’Hérault pour un petit intermède dans le Gard avec notamment un passage par Montdardier et son emblématique château. J’abandonne alors définitivement le causse en fonçant sur Saint-Laurent-le-Minier où je retrouve la Vis et sa belle cascade.

Montdardier

Montdardier

Cascade de la Vis à Saint-Laurent-le-Minier

Succès populaire pour la cascade de la Vis à Saint-Laurent-le-Minier

Cazilhac, qui jouxte Ganges, marque mon retour dans l’Hérault. D’ici, la montagne de la Séranne en impose mais je ne m’aventurerai pas à défier ses pentes (son plus haut sommet, le Roc Blanc, est accessible en VTT par une piste caillouteuse), je me contenterai seulement de rester à son pied en traversant toute la vallée de la Buèges. A vrai dire, je ne fais que retarder l’échéance, même si la vallée est loin d’être une sinécure. Elle n’est pas évidente pour les jambes mais c’est un régal pour les sens : 3 pittoresques villages médiévaux s’y succèdent, la végétation typiquement méditerranéenne parfume et orne ses pentes tandis que la rivière, qui lui a donné son nom, s’y écoule paisiblement. Bienvenue au paradis héraultais !

Saint-Jean-de-Buèges

Saint-Jean-de-Buèges

Pégairolles-de-Buèges

Pégairolles-de-Buèges

Au fin fond de la vallée, Pégairolles-de-Buèges perché vous invite à vous dresser sur les pédales. Ce sera bref pensez-vous, que nenni ! La route poursuit son ascension et vous mènera 6 kilomètres plus haut au domaine départemental des Lavagnes et de la Font du Griffe. Bienvenue au Pays des Merveilles ! Un site unique et retiré, dans un cadre sauvage, où seuls les troupeaux d’ovins et de vaches vous tiendront compagnie. La route y est étroite, elle serpente dans la garrigue protégée et termine sa course au pied du Mont Saint-Baudille avant de replonger sur Montpeyroux.

Paysage des Lavagnes

Paysage des Lavagnes

brebisMe revoici dans la vallée de l’Hérault, pédalant entre les parcelles de vignes en direction de Saint-Jean-de-Fos et de son Pont du Diable.

Le Pont du Diable

Le Pont du Diable

Ce pont, l’un des plus anciens ponts romans de France, doit son nom à une ancienne légende qui prétendait que lors de sa construction, le diable venait défaire chaque nuit ce que les hommes construisaient durant la journée. Un jour, les hommes (qui n’en peuvent plus de construire en vain) passent un accord avec celui-ci : il pourrait prendre la première âme qui passera sur le pont. Ainsi les hommes construisirent le pont. Mais aucun des hommes ne voulant donner son âme au diable, ils firent passer un chien en premier. Fou de rage, le Diable tenta en vain de détruire le pont sans y parvenir et se jeta dans l’eau, d’où le nom « le pont du diable ». Au-delà du folklore, il marque surtout l’entrée des splendides gorges de l’Hérault et se trouve à proximité immédiate de la grotte de Clamouse et de Saint-Guilhem-le-Désert, village médiéval classé parmi les plus beaux villages de France avec son abbaye de Gellone. Bref, vous l’aurez compris, le site constitue l’un des joyaux du Languedoc, le Réseau des Grands Sites de France et l’UNESCO ne l’ont pas ignoré.

Entrée des gorges de l'Hérault

Entrée des gorges de l’Hérault

Il est temps pour moi de rentrer au bercail. Je vais en profiter pour suivre l’itinéraire de découverte « entre vignes et garrigues » qui invite les curieux à flâner sur une route calme, plaisante, avec notamment la traversée respective des villages d’Aniane, de La Boissière et de Montarnaud, mais sacrément vallonnée.

Entre vignes et garrigues... guarriges en l'occurence !

Entre vignes et garrigues… garrigues en l’occurrence !

Encore un dernier petit effort et j’avale Bel Air avant de regagner Montpellier par Grabels. La visite touche à sa fin, j’espère que vous avez passé un agréable moment et vous remercie de votre attention. A bientôt dans l’Hérault.

Publicités
Cet article, publié dans Massif Central, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Hérault Tourisme

  1. Pasquier Sébastien dit :

    Bravo Jean Luc, cette boucle est sans conteste la plus jolie balade à réaliser dans l’Hérault. Tout y est ravissement.
    Bonne continuation. Seb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s